Google, moteur de recherche médical ?


D’abord, il n’y a pas un seul Google mais des Google : Google, Google Scholar, Google Images, etc. Chacune de ces versions a ses spécificités, ses utilités. A ces versions standards de Google, nous pouvons encore ajouter notre version médicalisée de Google www.moteur-de-recherche-medical.org.

  • Google. Le plus connu des moteurs de recherche. Puissant, rapide. Cette version propose une fonction de recherche de base et une fonction de recherche avancée.
  • Google Scholar. Lancé en novembre 2004, la version académique de Google. Google Scholar permet d'effectuer des recherches sur des travaux universitaires: articles revus par des comités de lecture, thèses, livres, résumés analytiques et articles. A notre connaissance, Google n’a jamais précisé quelles étaient les sources exactes de Google Scholar. Pour en savoir plus, lisez sur le site de Google A propos de Google Scholar.
  • Moteur-de-recherche-medical.org. Un moteur de recherche Médecine & Santé pour le grand public et les professionnels de la santé. Moteur-de-recherche.org utilise la puissance de Google tout en favorisant les sites médicaux de qualité.

 

Que disent les études ?

Les études qui ont comparé l'utilité clinique des différentes sources d'information disponibles sur Internet sont rares. A notre connaissance, il n’existe même aucune étude qui ait pour des questions cliniques comparé Google à d'autres sources d'informations disponibles sur Internet.

Une recherche sur PubMed avec le terme « Google » aboutit pourtant à plus de 7000 références. Mais la majorité de ces 3500 articles sont en réalité des travaux pour lesquels Google a été utilisé comme outil de recherche bibliographique. Dans ce sens, on peut déjà dire que Google et Google Scholar sont utiles en médecine puisqu’utilisés comme outils de recherche de littérature médicale.

Seule une minorité des ces publications ont étudié l’utilisation de Google dans une situation clinique.

  • L’étude Google Scholar : A source for clinicians ? est une présentation des différentes sources d’informations disponibles sur Internet. Les auteurs concluent que les cliniciens continueront à préférer pour leurs recherches des bases de données comme TRIP database, la librairie Cochrane ou UpToDate.
  • L’article .... And a diagnostic test was performed paru dans le New England Journal of Medicine présente le cas d’un jeune médecin diagnostiquant une maladie rare après avoir simplement introduit les symptômes de son patient dans Google. Google serait donc utile en médecine pour les questions très précises.
  • L'étude Googling for a diagnosis parue dans le British Medical Journal. Pour ses auteurs, Google est surtout un outil qui aide le médecin à formuler un diagnostic différentiel. Dans l'article publié en réponse aux critiques parues à la suite de leur étude, les auteurs rappellent que la plupart des questions cliniques trouvent leur réponse dans PubMed, la librairie Cochrane, les journaux médicaux ou UpToDate mais qu'il serait faux à leur avis de ne pas utiliser le web si les sources d'informations traditionnelles n'apportent aucune réponse.

Google

Nous sommes dans une situation apparemment paradoxale : Google est utilisé quotidiennement par les professionnels de la santé à travers la planète et pourtant aucune étude ne prouve son utilité. Les travaux actuellement disponibles sont à notre avis réducteurs. Il est vrai que l’étude de l’utilité de Google n’est pas simple, en particulier en raison de son contenu extrêmement hétérogène.

Il parait cependant assez évident que Google n’est pas qu’un outil utile pour les maladies rares et les diagnostics différentiels. Pour les recherches simples, Google est certainement aussi un moteur utile. Vous souhaitez connaître les critères diagnostiques de l’hémochromatose ? Introduisez simplement « diagnosis » et «hemochromatosis » dans Google, vous obtiendrez le résultat en une seconde (au moment de rédiger ces lignes, vous trouverez des réponses dans le 1er lien de la Mayo Clinic mais aussi dans le 2ème lien à l'adresse www.emedicine.com).

Google est gratuit et facile à utiliser. Le moteur de Mountain View a cependant un certain nombre de limites. Il y a bien évidemment le problème de la qualité et de l’utilité des informations retrouvées. Une requête aboutit souvent à un très grand nombre de réponses, de qualité variée. Les résultats utiles risquent d'être perdus au milieu d’informations inadéquates. Une autre limite de Google est qu’il ne donne accès qu’au « web visible ». Certaines informations ne sont jamais retrouvées par Google car le moteur ne les voit pas, c’est le web invisible : contenu protégé par les éditeurs ou contenu de base de données (une limite que Google Scholar tente de limiter).

Même si nous manquons encore d'étude qui le prouve vraiment, nous sommes convaincus que Google est un moteur qui peut être utilisé en médecine, y compris par les professionnels de la santé. 
 

Mis à jour le 19.12.2015

Rechercher
Réseaux sociaux
Recevez chaque nouvel article
Pour tous

Santé : « Je sais, je ne devrais pas aller sur Internet…. »

Mais d’où vient cette idée que les patients ne doivent pas...

Les consultations électroniques répondent à une attente de la population

Le système de santé du 21ème siècle ne devrait-il pas, en ...

Des médecins évalués comme des hôtels?

La personne à qui vous confiez votre santé est-elle compétente ? Comment choisir le...

Comment trouver une information médicale de qualité sur Internet ?

Il est possible de trouver sur Internet des informations utiles sur les...

Vous souhaitez être bien soigné? Mode d’emploi

Si vous souhaitez être bien soigné, vous devez jouer un rôle ce...

Utiliser Internet pour s’auto-diagnostiquer, une bonne idée?

Doit-on utiliser Internet uniquement pour s’informer ou peut-on aussi l’utiliser pou...

Pour prendre en charge sa santé? Dr YouTube!

Vous recherchez des informations sur une maladie, sur une procédure méd...

Consulter un médecin en ligne, l’avenir?

De nombreux problèmes médicaux peuvent être réglés en lign...

Les ePatientes, ces héroïnes

Courageuses. Audacieuses. Déterminées. Les ePatientes sont des patientes actives, émancipées,...

Les applications santé, vraiment utiles?

La santé mobile serait-elle à un tournant décisif de son histoire ? Les sm...

Favoris
Fil twitter